Imprimer cette page

Domaine Champalou Vouvray

Pétillant, moelleux, clos-du-portail, cuvée-tendre, cuvée-des-fondreaux...

Rencontre : Catherine et Didier Champalou

S'il est une rencontre d'amitié, c'est bien celle-ci. Tout d'abord, c'est mon ami Christophe Beaufront, actuel chef de son restaurant L'Avant-Goût, à Paris, qui me les a présentés. C'était déjà pour moi un gage de qualité. La connivence s'installa très vite entre nous tous, et à chaque fois c'est un réel bonheur de me rendre chez eux.

Catherine et Didier Champalou

Le domaine

Ils se sont installés en 1985 dans une petite propriété vouvrillonne pleine de charme, close d'un mur. En son coeur croissent quelques ares d'une vigne qui produit le clos-du-portail, clos classé de Vouvray. Aujourd'hui, leur domaine s'étend sur vingt hectares. plantés d'un seul cépage, le chenin, et comportant deux terroirs distincts : l'un argilo-calcaire, l'autre argilo-siliceux.

Osmose, équilibre naturel

Didier est extrêmement attentif à son vignoble, sensible à son terroir, totalement à l'écoute de son raisin et de ses réactions en fonction du millésime. Son mot d'ordre : atteindre la maturité physiologique de sa récolte, condition indispensable pour lui assurer des vins naturellement équilibrés. En outre s'il n'y a pas assez de soleil et de richesse, point de moelleux chez Champalou. Le vin se fait selon l'année. Je peux suivre, au travers de leurs vins, l'équilibre de la nature qui leur fournit des millésimes variés - tantôt année à moelleux, tantôt année à vin sec et pétillants - qui, au bout du compte, harmonisent leur production.

Harmonie :

Voilà un qualificatif qui correspond bien à leur maison, à leur domaine, à leur région, à leur fleuve. d'ailleurs la Loire diffuse une luminosoté magique qui, chaque fois me saisit, me charme et m'envoûte, et qui n'est pas sans me rappeler les reflets brillants et vifs des vins de Didier. L'osmose est faîte entre un homme, son vin, son terroir, sa région.

Quant aux vins, à chaque cuvée son moment :

Excepté pour le pétillant, qui, lui, est de tous les instants. C'est un pétillant naturel qui à pour base les vins tendres dont les sucres résiduels subissent une seconde fermentation en bouteille et qui restera sur lattes environ vingt mois aux températures basses des caves, ce qui affirmera les bulles. C'est un régal, et, je l'avoue, j'en abuse un peu. Mais, là encore, le vin rejoint l'homme, et pour mo ce vin-là est la convivialité même, le vin de soif. Chaque fois que je reçois des amis, ou que survient une bonne occasion, j'ouvre une bouteille de pétillant. Je conseille même de terminer sur ce vin après une dégustation ou un bon repas. C'est très raffraîchissant et cela remet les papilles d'aplomb.

La cuvée-tendre est un vin simple, frais et raffraîchissant qui régale par sa rondeur, des charcuteries locales, de terrines, de poisson.

Avec la cuvée-des-fondreaux, la complexité se fait plus présente. C'est un vin vinifié et élevé en fût pendant une petite année, ce qui affiche ses arômes. Il est plaisant à boire de suite pour la suavité de son fruit qui charme les papilles. Là, il est tentant d'essayer des mariages un peu moins connus. Avec ses notes de fruits et de fleurs blanches, on sent une finesse qui appelle des épices fines, pas trop puissantes, comme le macis, le safran pour son élégance, ou la fève de tondka que son côté amande amère enrichirant en se mêlant aux arômes du vin, surtoutsi l'on a eu la patience d'attendre quelques années.

J'adore les chenins un peu vieillis pour la palette arômatique qu'ils développent ; les vieux vins deviennent plus secs avec le temps et s'agrémentent très bien d'épices plus fortes comme le curcuma ou un curry pas trop fort. C'est ce genre de mariage que le clos-du-portail peut aimer. Ce vin sec dont l'équilibre et la race porte le caractère de la région, par sa fraîcheur et sa vivacité, est un régal. Son élégance et son équilibre lui permettent d'accompagner les produits dits nobles comme le hommard ou la truffe.

Quant au moelleux, je vous laisse juge de la finesse de ce vin qui ne sature pas le palais par trop de richesse en sucre et n'en finit pas de vous faire saliver.

Marc Delacourcelle

Pour les contacter :

Leur site Internet Domaine Champalou

Leurs coordonnées sur notre page Domaine Champalou.