Imprimer cette page

Domaine François Barmès Buecher

Alsace, Riesling, Gewürztraminer, Grains nobles, Leimanthal, Pinot, Crémant...

Les terroirs

Herrenweg, Leimenthal, Rosenberg, Clos Sand, Pfleck, Grands Crus Hengst, Steingrübler, Pfersigberg

C’est un moment douloureux pour moi que d’annoncer la mort d’un ami.
Mon ami, notre ami, François Barmès nous a quitté le 18 octobre 2011 suite à un accident.

François Barmes

Nous avons démarré et travaillé ensemble depuis toujours.
Il a été, avec son épouse Geneviève, de tous les grands moments de notre existence professionnelle, personnelle. Nous avons évolué, progressé ensemble, échangeant nos expériences et nos points de vue.

Je l’ai suivi dans la progression de sa philosophie de la vigne et du vin. Il a démarré en traditionnel pour rapidement aller vers le bio, puis, finalement, vers la biodynamie. C’est là qu’il a trouvé sa voie, sa joie.

Nous avons perdu un grand vigneron, nous avons perdu un ami.

Quand je pense à lui, je ne peux pas être triste tellement il est l’image de la joie de vivre.
Et il avait raison. Profitons à 100 pour 100. Un mot pour le qualifier : énergie.
Energie qu’il utilisait pour lui et qu’il distribuait à tous. Merci pour sa générosité, pour son cœur.

Toute l’équipe du restaurant se joint à moi pour exprimer toutes nos condoléances et notre amitié à la famille BARMES BUECHER et l’assurer de notre soutien dans ces moments si douloureux.

Nous pensons à vous et partageons votre peine.

Marc Delacourcelle

Rencontre : Geneviève et François Barmès Buecher

Un véritable parcours initiatique ! Chaque fois que je déguste avec François, nous nous lançons dans la découverte d'une palette aromatique infinie, à travers la diversité des cuvées.

Nous nous sommes rencontrés lors d'un salon à Paris. Le courant est tout de suite passé avec le couple Barmès et avec leurs vins dont la qualité n'a fait que progresser avec les années.

Le domaine

François Barmes Buecher

Ils se sont installés en 1985, l'année même de la création de notre premier restaurant. Leur domaine de seize hectares s'étale maintenant sur neuf terroirs, dont trois en grands crus, tous vinifiés séparément, ainsi qu'il en est pour chaque cépage.

C'est un régal de décliner, avec François, toutes ses cuvées qu'il détaille une à une avec le même enthousiasme, la même précision. Quand il est lancé, on ne peut plus l'arrêter, pas plus qu'on ne nous arrête, et pour cause : de cépage en cru, on s'élève dans la gamme de la qualité et du plaisir.

Bio-dynamie, naturel, philosophie

Puisque nous parlons de qualité, j'ai d'ailleurs remarqué que, depuis son passage en biodynamie, les vins de François ont gagné en minéralité, en puissance (naturelle) et en vinosité. Il s'est engagé passionnément (il ne pourrait faire autrement) et sans concession dans cette culture, cette philosophie. Du naturel et rien d'autre. Labour des vignes, aucun désherbage, pas d'engrais chimiques, rien que du compost et des traitements naturels, le plus souvent préparés maison. Ni chaptalisation, ni collage, ni levurage. Le tout, bien sûr, en fonction des astres.

L'Alsace épicée...

Vignes François Barmes Buecher

S'il est des vins qui se marient à la perfection avec les épices ce sont bien les vins d'Alsace. La diversité des sols, des cépages et des vignerons offre des ouvertures gustatives immenses. J'en ai été très surpris lors de mon dernier voyage dans cette région : Je me suis rendu chez une dizaine de propriétaires en me fixant seulement sur deux cépages : le Riesling et le pinot gris. Chaque homme a sa méthode, ce qui produit déjà des vins différents, mais à partir du même raisin, chacun d'eux obtient une différence énorme en fonction du sol (calcaire, siliceux, volcanique...), ce qui crée des spécificités, ouvre des possibilités multiples. Je vous invite à aller goûter leurs vins directement à leurs domaines : c'est aussi amusant qu'instructif.

On peut nommer des épices pour chaque cépage alsacien, ce qui représente une source infinie de mariages culinaires, du plus classique au plus éxotique. Pour nous, c'est une mine de saveur à combiner avec des plats et des arômes. Nous proposons souvent à Geneviève et François des alliances inattendues. Je me rappelle un repas organisé autour de leurs vendages-tardives et sélections de grains nobles. Nous les avions surpris avec le mariage d'un Riesling grains-nobles et d'un saumon au sésame et à la sauce soja, l'alliance amenant des notes de truffes : équilibre parfait, moment magique des plaisirs de la table.

Les saveurs

Vins François Barmes Buecher

Je viens aussi de goûter un merveilleux riesling-leimanthal vendanges tardives 1966, impressionnant de complexité, avec un nez fin sur une note un peu truffée, de sous-bois et d'agrumes. on retrouve tout cela en bouche avec, de surcroît, une nuance d'algues iodée. Superbe !

Il faut aussi faire mention d'un Gewürztraminer-steingrübler 2000 merveilleux terroir de grand cru -- doté des arômes typiques de ce cépage (litchi, fruits exotiques) qui feront un mariage subtil avec des curries.

Autres registres de saveurs que j'ai trouvé dans son Riesling-hengst grand cru 2002 : un vin très minéral, sec, vif, sur des notes d'agrumes et de citron, encore un peu jeune à mon goût mais qui promet de bons moment à qui sait attendre.

Marc Delacourcelle

La biodynamie selon François Barmes Buecher

Le vin est fait dans la vigne et non dans la cave

70% du vignoble se situe en coteaux essentiellement sur des sols calcaires voir argilo - calcaires de l'oligocène et un peu sur sol granitique à deux micas.
Les 30% qui restent sont essentiellement des sols de cônes de déjection, sable, galets, dans un micro – climat très sec.

Nous travaillons le vignoble en Bio - Dynamie c'est-à-dire avec des préparations dynamisées et selon les constellations des planètes, la périgée ou l'apogée de la lune : ainsi aucun produit chimique, ni de synthèse n'est utilisé, ni dans le vignoble, ni dans la cave.
Le but est de ne pas modifier l'équilibre initial des raisins et de ne pas neutraliser l'effet des millésimes, afin de préserver dans le vin tout le potentiel « terroir » et conserver le capital énergétique acquis (par la culture bio-dynamique dans les vignes).
Les sols sont labourés et binés entre novembre et juillet, puis nous fauchons l'herbe du mois d'août jusqu'aux vendanges.

Bouchon Barmes Buecher

Les densités de plantations sont de 6000 à 8000 pieds/ha pour concurrencer un maximum les racines . Ainsi les racines plongent au plus profond.
Aucun désherbage, ni engrais chimique n'est utilisé, uniquement du compost préparé par nos soins est utilisé si besoin.
Les traitements sont faits à base de tisanes de plantes : ortie, prêle, osier, achillée, camomille, valériane. Egalement de cuivre en cas de forte pression de maladie cryptogamique.

Bien sûr, chaque cépage qui est ¨la signature de son terroir¨ est vendangé séparément, les raisins sont triés par 6 à 10 personnes qui à leur tour éliminent encore quelques baies ou raisins altérés que les vendangeurs auraient laissés.
Chaque cuvée est ensuite pressée délicatement dans deux pressoirs pneumatiques durant 6 à 16h.
Aucune chaptalisation, aucun collage, aucun enzymage, aucun levurage sont nécessaires, vu le travail qui a été réalisé en amont.

Les jus sont réceptionnés dans des cuves de 40 à 50 hl.
Un léger débourbage de 12 heures est pratiqué (séparation des lies grossières selon besoin).
Les soutirages, les filtrations, les mises en bouteilles sont toujours effectués en lune descendante.
Ensuite les jus sont encuvés dans des foudres, demi-muids, barriques ou cuves inox pour la fermentation qui elle peut durer entre 2 et 12 mois pour des vins secs ou demi – secs et encore plus longtemps pour les liquoreux.
L'ensemble des foudres ou cuves sont thermo régulés .

Les vins sont soutirés environ 1 mois avant la mise en bouteille. Une légère filtration est pratiquée à ce moment là, suivie de la mise en bouteille. [François Barmes Buecher]

Pour les contacter :

Leurs coordonnées sur notre page Domaine Barmès Buecher.